TOP 3 des moments marquants de la pièce

Top 3 moments

Quelques semaines se sont déjà écoulées depuis les représentations d’Andromaque (un amour fou) au Parvis Saint Jean.

Voici 3 moments, qui pour moi, représentent les moments forts de la pièce.

ALERTE SPOILER : pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance d’assister à cette pièce de théâtre et qui envisagent de le faire, cet article contient des informations concernant le dénouement et l’intrigue d’Andromaque (un amour fou).

          Numéro 1 : de la pièce classique à la pièce contemporaine

C’est l’un des moments phares de la pièce.

Les acteurs nous ont habitué durant près de 40 minutes à une rythmique en alexandrins suivant le texte original de Racine. 40 minutes qui nous ont plongés dans l’univers de cette tragédie antique. Et alors que l’on pensait tous continuer sur cette voie, la pièce semble prendre un tout autre chemin. Du langage soutenu au langage courant, d’une posture stricte à des mouvements plus naturels, les acteurs changent de visages.

Pour ceux qui ne connaissent pas la pièce et son adaptation, ce moment précis marque un réel tournant quant à la suite des aventures des protagonistes.

          Numéro 2 : La mort de personnages

Comme l’on pouvait s’y attendre, certains personnages ont laissé s’échapper leurs derniers soupirs.

Comment ne pas évoquer la mort d’Hermione et d’Oreste ? Dans toute tragédie, la mort de personnages importants, héros ou anti héros, est dans la logique des choses, inévitable.

Le metteur en scène, Matthieu Cruciani, veille au respect des usages et des conventions caractéristiques du théâtre classique.

Le meurtre d’Oreste, lui, ne se fait pas directement sur scène. Bienséance oblige! Mais sa mort est quant à elle beaucoup plus explicite que celle d’Hermione. Vêtue d’une longue robe bleue, tournoyant sur un rythme mélodieux, son suicide se révèle être plus poétique que funèbre.

          Numéro 3 : une fin pas si évidente

Vidéos, effets sonores, jeux de lumière, différentes utilisations de l’espace scéniques, tous ces moyens techniques ont été assemblés pour créer une atmosphère étrange et pesante.

Le dénouement de la pièce n’est pas très explicite, mais cela pousse le spectateur à diverses hypothèses et à imaginer sa propre interprétation.

 

Alors était-ce là le but recherché ?

Les dessins réalisés dans cet espace clos, qui est aussi l’allégorie de la chambre du couple, ainsi que la pluie de sang peuvent peut-être être la représentation de la fin de l’amour entre Andromaque et Oreste mais également celle de Sébastien et Marta.

Cette mise en scène nous pousse à lire entre les lignes, à chercher un message.

C’est pourquoi je laisse libre court à votre imagination pour interpréter ce final, qui pour ma part, m’a laissé quelque peu sur ma faim.

MR.

Crédit photo : ©Nicolas Marie